Flat Tire Defender II

Les insertions de pneu sont de plus en plus Populaires. La destruction de nos jantes a toujours été un problème. Que ce soit en alu ou en carbone, on connaît tous quelqu’un ou nous-même qui a complètement détruit une jante suite à un ou des impacts. L’arrivée du tubless a permis l’élaboration d’insertion en mousse que l’on peut désormais placer à l’intérieur des pneus. Le but premier de ces insertions était de protéger la jante des impacts et ainsi la préserver, mais avec plusieurs tests, les compagnies se sont rendu compte que l’on pouvait améliorer le comportement de nos pneumatiques. J’ai donc eu la chance de faire l’essai des Flat tire defender II. Le FTD II annonce un poids de 230g en 29po et 200g en 27.5po et convient aux largeurs de jante de 28 mm à 40 mm. La largeur de pneu recommandée est de 2.3 à 2.8po. Il se détail au prix de 89$ à 99$ selon la dimension choisie, ainsi que 169$ à 179$ pour la pairs. Ces prix incluent l'insertion de mousse, la colle ainsi que la valve tubeless. L’installation

Le FTD II arrive en un morceau coupé que l’on doit coller à l’aide de la colle fourni dans le paquet. Cette colle est extrêmement collante, mes doigts en ont eu la preuve. Suffit de suivre les instructions très simples et coller les 2 partie ensemble. Cette manipulation prend environ 30 secondes et instantanément les 2 sections sont très solides ensembles. J’ai fait des tests en tirant avec mes mains de chacun des côtés et si j’avais tiré davantage je crois que j’aurais déchiré le produit. Donc... oui on peut avoir confiance en cette colle. Par la suite, un petit collant peut être appliqué sur le joint pour une question d’esthétique.

Nous avons par la suite à installer les valves fournies qui ont une forme spéciale, ce qui permet à l’air ainsi que le scellant de mieux pénétrer dans le pneu puisque l’insertion recouvre la valve. L’installation de la mousse dans le pneu est assez simple. Comparativement aux histoires d’horreur que nous entendons avec le Cushcore par exemple, le FTD II est d’une simplicité déconcertante. Même en n’ayant jamais installé d’insertions auparavant, ça ne m’a pris pas plus de 5 min à installer. Cela complique légèrement la vie, car bien sûr il y a une mousse qui obstrue un peu le pneu, mais si vous êtes habile dans l’installation de vos pneus, vous n’y verrez pas de différence majeure. Avec les FTD II, il n'y a pas de scellant à préconiser puisque la mousse ne l'absorbe pas, vous pouvez donc utiliser celui que vous préférez. Pour ma part j'utilise le orange seal. Test terrain


Sur le terrain, ça dit quoi ? Tout d’abord, lors de mes tests, j’ai essayé différentes pressions, parfois mêmes à des extrêmes. Je voulais voir ce que disait le produit en cas de flat. J’ai également voulu voir quelle était la limite de pression utilisable. J’ai fait mon test sur des roues 29po Industry nine 9 hydra enduro en carbone, montés avec des pneus Michelin wild enduro 2.4. Un pneu que je connais bien, car j’en suis à ma 2e saison dessus. Il m’était donc facile de juger la différence de comportement. Habituellement je roule mes pneus tubeless autour de 24 psi.

Pour les tests, j’ai commencé avec cette même pression et diminué par la suite. Au départ, à pression équivalente, la chose qui m’a le plus frappé c’est le corps du pneu. L’insertion de mousse monte relativement haut sur les coter, ce qui ajoute du corps au pneu lors des torsions en virage. La sensation est assez agréable à ce niveau, mais demande une adaptation, car je dois vous avouer qu’au début, je trouvais le comportement de mes pneus différent. En virage on sent que le pneu se tient davantage et on peut lui en demander un peu plus. À ma pression habituelle, je n’ai pas senti plus d’avantages que ça. Jusque-là, les gains décrits me semblaient assez minimes. Pour ce qui est du poids, une insertion ajoute quand même du poids dans les roues, ce qui influence davantage le comportement. Personnellement je n’ai pas trouvé que l’ajout de poids était si énorme en termes de sensation. Oui c’est vrai que la roue est un peu plus lourde, mais sur le terrain, je ne peux pas dire que cela m’a dérangé à ce point. J’ai donc décidé d’abaisser ma pression de 22 psi. 2 psi semblent peut-être peu, mais... la différence est assez majeure. Il faut se rappeler que les insertions du type FTD II agissent un peu comme un token dans une suspension. Mon pneu était alors un peu plus mou, j’avais donc un gain en traction très intéressant, mais à mon grand étonnement, une fois sur la piste, la sensation du pneu était plus que ça. Le gain au niveau du sidewall du pneu se faisait vraiment sentir, il absorbait nettement mieux les vibrations tout en ayant une meilleure traction. Ayant baissé la pression, ne m’y attendait pour la traction, mais... pas pour le reste. Je n’ai pas trouvé plus tirant mon pneu au pédalage principalement, car il avait plus de corps, le pneu se maintenait mieux sur la jante et se déformait moins. Mais comme je voyais un gain, j’ai alors décidé de continuer à descendre la pression, je suis passé à 18psi. Pour moi, à cette pression, c’est habituellement impensable de rouler. Mon pneu était très près de la mousse quand je roulais, mais ça m’a permis de voir la sensation que ça procurait. La mousse est très dense et crée une sensation de dureté quand on l’atteint. Ça ne cogne pas comme lorsque l’on frappe la jante, on sent un genre d’amortissement. Je ne peux vous cacher qu’a cette pression, c’était beaucoup trop mou et je n’étais pas autant en contrôle de mon vélo, mais le pneu n’était pas aussi mou qu’a l’habitude. En temps normal j’aurais remis de l’air, mais là... je pouvais rouler. Je ne dis pas que c’était agréable, mais c’était possible, ce qui auparavant ne l’aurait pas été. J’ai donc joué avec le feu et j’ai baissé à 14 psi. On s’entend qu’à cette pression, pour ma part c’est in-roulable. Je roulais carrément sur les insertions et le pneu était très instable. Mais pourquoi j’ai fait ce test ? C’est pour voir si c'était roulable sur le flat, et la réponse est oui. Même si je ne pouvais pas rouler convenablement, je pouvais tout de même me déplacer sans risquer de briser la jante. D’ailleurs, elle est encore intacte. L’insertion a complètement fait son travail même si je passais dans des racines et faisait quelques drops, jamais je n’ai senti la jante se faire ramasser.


Conclusion

En conclusion, je trouve que les FTD II est un produit extrêmement intéressant. Tout d’abord par son prix par rapport à la compétition. Il n’est pas si cher, et offre des caractéristiques similaires. Le gain sur le terrain se fait sentir. Si vous roulez moindrement fort et vous voulez protéger vos jantes, c’est selon moi un produit idéal. Les gains en comportement au niveau des pneus me laissent légèrement mitiger et je vous explique. Si votre objectif ultime c’est le gain de comportement... je crois que vous allez être déçu. Oui il y a un gain certes mais c’est tout de même subtil. Le gain au niveau du corps du pneu est la seule chose qui pour moi vaut vraiment la peine. Quand on parle de traction, cela nous permet d’abaisse un peu notre pression sans mettre à risque notre jante, donc... oui c’est positif, mais ce n’est pas l’insertion qui crée le gain en traction, mais la baisse de pression. Si vous voulez protéger vos jantes, là par contre, c’est le produit idéal. Je qualifierais ce produit comme une protection qui apporte en plus un gain de comportement. Je trouve que c’est ce qui décrit réellement le mieux le produit. Cela reste un produit destiné à l’enduro/DH. En trail/XC, si vous ne roulez pas si fort, je ne suis pas convaincu du gain que vous obtiendrez vs le poids supplémentaire ajouté dans les roues qui lui peut nuire pour grimper. Selon moi ce genre de produit a énormément d’avenir puisque la protection est réelle et que cela vous en coute nettement moins cher qu’une jante neuve. Pour ma part, je vais assurément conserver cela sur mon vélo vu l’utilisation que j’en fais.

450 vues