L’étrier de frein (caliper)

Mis à jour : 2 déc. 2018


C’est dans l’étrier que l’on retrouve les pistons servant à pousser les plaquettes de frein. Il existe deux types d’étriers : le monobloc et le deux-pièces.


-Monobloc : Comme son nom l’indique, l’étrier monobloc est conçu en une seule pièce. Cela permet d’offrir un design unique, mais aussi plus léger, car il n’y a pas de boulon en acier pour tenir les deux parties ensemble. Puisque l’étrier est en fait un seul morceau, il n’y a donc pas de joint de port pour le transfert du fluide d’un côté à l’autre. On élimine alors les risques de fuites. Le désavantage du monobloc est qu’il est plus difficile d’entretien et sa fabrication ainsi que son assemblable sont généralement plus compliqués. 


-Deux-pièces : Les étriers deux-pièces sont construits en deux moitiés séparées qui sont maintenues ensemble par des boulons en acier qui les traversent de chaque côté. Cette conception facilite l’assemblage et l’entretien, mais par contre ajoute du poids. Les joints supplémentaires pour le transfert de l’huile peuvent également causer des défaillances avec le temps.


Les pistons sont les composantes de forme cylindrique qui sont logés dans l’étrier. Lorsque la manette de frein est actionnée, l’huile qui se déplace vient pousser sur les pistons afin que les plaquettes de frein entrent en contact avec le disque. Le nombre de pistons dans un étrier peut différer. Certaines compagnies vont utiliser un, deux ou quatre pistons. La puissance de freinage n’est pas déterminée par la quantité de pistons, mais bien par la surface de contact du piston. Par exemple, 4 pistons plus petits peuvent être aussi puissants que 2 pistons plus gros. C’est donc un rapport entre la pression exercé et la surface de contact.  La quantité de pistons n’est donc pas nécessairement un facteur de puissance. Un étrier avec plusieurs pistons peut permettre l’utilisation de plaquettes de frein plus longues ou plus larges. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la force de friction, qui freine la rotation du disque, est indépendante de la surface sur laquelle elle est appliquée. Ce qui veut dire que la grosseur de la plaquette n’influence en rien la puissance ou la précision du freinage. Par contre elle influence la température et la modulation.


570 vues

©2018 by DM Bike. Proudly created by DM Bike