L’angle du tube de selle


L’angle du tube de selle est un élément dont on entend de plus en plus parler. Les nouvelles géométries tendent à utiliser un angle de tube de selle (‘’seat tube angle’’) plus important, ce qui positionne davantage le pilote au-dessus du boitier de pédalier.  Mais ultimement, quel est le réel impact de ce changement de position sur les nouveaux cadres? Tout d'abord, attardons-nous sur l’aspect géométrique de la question. Un tube de selle plus relevé permet aux concepteurs de dégager l’arrière du vélo. Avec l’arrivée des roues 29po, nous avons besoin davantage d’espace pour les longs débattements si nous ne voulons pas nuire à la géométrie. Les concepteurs peuvent alors continuer d’utiliser des ‘’chainstay’’ relativement courts, même avec des roues plus grandes, ce qui améliore le rendement et la maniabilité. Le manque de maniabilité était d’ailleurs une lacune qui était souvent relevée lorsque les premiers vélos 29 po sont arrivés sur le marché. Positionner le tube de selle plus droit permet également une meilleure répartition du poids du pilote sur le vélo. Les géométries étant de plus en plus longues et ouvertes (dites‘’slack’’), le devant manquait alors un peu d’appui au sol lors des montées. Déporter le pilote vers l’avant vient alors améliorer cet aspect. Le but est toujours de positionner le pilote dans la meilleure position possible pour grimper tout en ayant un vélo avec des capacités réelles en descente. Il faut donc trouver un compromis. Pour terminer l’aspect géométrique, si le STA (seat tube angle) est plus droit, une plus grande majorité de gens auront la même position sur le vélo indépendamment de la hauteur de selle qu’ils utilisent. Par contre, si le STA est très faible, la sortie de la selle influencera alors grandement la distance horizontale séparant la selle et le boitier de pédalier. Quand celle-ci se déporte vers l’arrière elle s’éloigne du pédalier, ce qui peut se révéler être négatif pour plusieurs personnes. De plus, avec l’arrivée des tiges de selles télescopiques (‘’dropper post’’), cet élément est à prendre encore plus en considération.


Il est important de faire la différence entre le seat tube angle réel et le seat tube angle effective, qui lui est virtuel. La mesure que l’on prend en considération sur le plan géométrique est la mesure réelle alors que pour parler d’efficacité de pédalage on parle de la mesure virtuelle, qui elle représente la ligne que l’on tire entre le bout du tube de selle et le boitier de pédalier.


En ce qui a trait à l’efficacité du pédalage, l’angle de la selle n’a aucun impact réel. Sur le plan de l’ergonomie et la physionomie, nous avons tous une position assise idéale sur une selle par rapport à la position du pédalier (distance entre le boitier de pédalier et le centre des rails de la selle). L’angle du genou ou de la hanche n’est pas une variable malléable, elle est fixe. Donc si, par exemple, vous possédez un vélo avec un STA de 72 degrés et un autre avec un STA de 70 degrés, vous allez, lors de votre positionnement, ajuster simplement la selle sur ses rails de façon à toujours obtenir la même distance entre le boitier de pédalier et le centre des rails. Ultimement, vous vous retrouverez donc exactement au même endroit pour pédaler sur les 2 vélos. 

Il est certain que l’on peut affirmer que de redresser les ‘’seat tube’’ est une bonne chose dans l’évolution des géométries, mais on ne peut par contre en aucun cas affirmer que plus l’angle est droit, plus notre pédalage sera efficace puisque nous devrions toujours nous positionner de la même façon par rapport au boitier de pédalier.  En terminant, il faut comprendre que je prends en considération uniquement l’angle du tube de selle dans cet article mais je dois spécifier qu’il y a plusieurs autres paramètres qui vont également affecter le comportement et le positionnement. 



1,184 vues

©2018 by DM Bike. Proudly created by DM Bike